Engagement, désengagement : une actualité paradoxale

La recherche de l’engagement en entreprise passe par une compréhension de la réalité du désengagement. Loin d’une approche binaire, Jean-Marc Le Gall montre combien l’engagement aujourd’hui, non seulement n’exclut pas des formes d’opposition, mais se fonde sur un « loyalisme » exigeant.

Les salariés sont-ils engagés ?

Au fil des mois, des sondages successifs égrènent les mêmes constats : des salariés majoritairement « détachés » à l’égard de leur entreprise, prêts à la quitter et surtout rares à se déclarer très engagés. De nombreux dirigeants s’en inquiètent et mettent en oeuvre au sein de leur entreprise des enquêtes de climat ou d’engagement. Le « score » obtenu est alors censé leur donner la mesure objective du degré d’investissement – rarement supérieur à 50 % – de leurs collaborateurs. Faut-il s’alarmer de ces retours d’information et que mesurent-ils réellement ? Ce qui frappe quand on connaît la réalité des entreprises, c’est le décalage entre ces perceptions négatives et la forte intensité du travail. Sauf exception, les salariés sont confrontés à des exigences très élevées, qui ne les prédisposent aucunement au détachement évoqué.

Comment expliquer ce décalage de perception ?

En premier lieu, le modèle implicite de ces approches repose sur l’hypothèse suivante : l’engagement dépend de la fierté d’appartenance et du degré d’attachement à l’entreprise et à ses valeurs. Or, il existe d’autres modalités efficaces d’implication, comme l’illustre l’engagement discret, mais souvent remarquable, des personnels soignants, pourtant critiques à l’égard de leur employeur. La « logique de l’honneur » propre à chacun, identifiée par Philippe d’Iribarne, constitue un autre moteur puissant de la motivation à agir. Le comportement de certains dirigeants confirme d’ailleurs cette relativité des modèles, l’importance du « calcul de carrière » l’emportant manifestement
pour nombre d’entre eux sur l’attachement à leur propre entreprise. En second lieu, engagement (au travail) et opposition (à des décisions ou à des comportements jugés inacceptables) peuvent coexister, remettant en question la vision binaire largement dominante dans les entreprises…

 

AFCI 36 -02.indd

 

Ce texte est extrait d’un article, rédigé par Jean-Marc Le Gall, pour le dossier spécial «En quête d'engagement » du n°39 des Cahiers de la communication interne (janv 2017). Cette revue peut être commandée en ligne, au tarif de 25 € le numéro.

Téléchargements

article en accès libre - Jean-Marc Le Gall - "Engagement, désengagement : une actualité paradoxale "

Télécharger