L’âge de l’impensable, comment s’adapter au nouveau désordre mondial, Joshua Cooper Ramo

Éditions JJ Lattès 2010, 309 pages

Le monde dans lequel nous évoluons est de plus en plus complexe et imprévisible. S’y adapter n’est plus suffisant. Seule une remise en question totale de nos modes de pensée et une approche radicalement différente de notre environnement peut nous permettre de faire face.

Le physicien et biologiste danois Per Bak à travers ses expériences sur « le tas de sable » a illustré la complexité de nos sociétés mondialisées. En empilant des grains de sable un à un, arrive un moment, imprévisible, où un grain de sable supplémentaire provoque ou non une avalanche d’ampleur variable au sein de cette structure organisationnelle dominée par des forces invisibles et souterraines dont l’évolution est imprédictible.

Avec cet exemple en tête, que dire de la dernière crise financière mondiale ou de la lutte contre le terrorisme? Et si le monde était ce tas de sable instable? Que faire pour s’adapter à cet ordre nouveau dans lequel l’environnement est plus puissant que l’individu et où une action donnée ne produit jamais automatiquement les mêmes effets ?

Pour Joshua Copper Ramo, la réponse tient en plusieurs points, dont surprise, innovation, agilité et vision globale. Ainsi, Miyamoto fait-il preuve d’inventivité en associant la technologie éprouvée des airs bags automobiles à celle des jeux électroniques pour concevoir la Wii à un coût très compétitif et révolutionner le monde du jeu électronique. Le passage d’une « adaptation simple » à une « adaptation complexe » pose sans nul doute la question de la relation entre standardisation extrême qui caractérise le monde moderne et la dose d’inventivité nécessaire pour transformer les règles du jeu de façon radicale, à son avantage. N’y a-t-il pas là quelques préceptes que les communicants pourraient reprendre à leur compte pour contribuer à une évolution positive de leurs organisations ?