Lauréat du Prix Afci

À quoi rêvent les algorithmes, nos vies à l'heure des big data

Le jury du prix du Livre Afci, composé de praticiens de la communication et d’enseignants-chercheurs en sciences sociales, est très vite parvenu à un consensus pour décerner le prix 2016 à Dominique Cardon pour son livre à quoi rêvent les algorithmes, nos vies à l’heure des big data.

Cet ouvrage offre des clés de compréhension aux communicants – dont le métier est directement concerné par ces nouvelles techniques – mais aussi à tous les citoyens qui veulent reprendre le pouvoir dans ce que l’auteur appelle la « société des calculs ».

Dominique Cardon pour son livre à quoi rêvent les algorithmes, nos vies à l’heure des big data. Cet ouvrage offre des clés de compréhension aux communicants – dont le métier est directement concerné par ces nouvelles techniques – mais aussi à tous les citoyens qui veulent reprendre le pouvoir dans ce que l’auteur appelle la « société des calculs ».

À quoi rêvent les algorithmes, nos vies à l’heure des big data Dominique Cardon Le Seuil, 2016 Il n’est plus guère d’action quotidienne, de décision personnelle ou professionnelle qui échappent à ces étranges objets qui ont fait récemment irruption dans notre vocabulaire courant : les algorithmes. Les données disponibles sur chacun de nous et tout ce qui nous entoure se sont multipliées de façon vertigineuse au cours des dernières années. Pour les traiter et leur donner du sens, des formules de calcul ont pris la place jusqu’ici occupée par le raisonnement humain et la bonne vieille approche hypothético-déductive. On peut d’autant plus s’en inquiéter que ces algorithmes sont des boîtes noires dont le secret est jalousement gardé par ces sociétés connues sous le nom de GAFA – Google, Amazon, Facebook, etc. – qui les utilisent à leur profit et la plupart du temps à notre insu. Ce constat est connu et l’intérêt du livre de Dominique Cardon est d’aller plus loin. Il ouvre la boîte noire pour en observer les mécanismes et, ainsi, en étudier méthodiquement les conséquences sur les individus et la société. Loin d’un discours partisan, c’est un vrai travail de chercheur auquel s’est livré ce sociologue du laboratoire des usages d’Orange et professeur associé à l’Université de Marnela- Vallée. Il nous montre que les implications des algorithmes et des big data vont bien au-delà de ce qu’un examen superficiel pourrait laisser supposer. Ces formules de calcul sont, au départ, avant tout orientées vers une exploitation marchande des innombrables traces que chacun de nous laisse derrière lui dans ses activités quotidiennes sur le net. Nos comportements, nos choix sont captés et analysés dans le but d’orienter ensuite nos décisions d’achat. Mais les choses vont beaucoup plus loin puisque, par l’action de ces calculateurs qui scrutent le moindre de nos actes, c’est aussi tout notre accès à l’information qui est orienté. Les données que l’on reçoit sur le monde qui nous entoure sont sélectionnées en fonction de ce que l’on est supposé préférer. Et ces algorithmes étant construits sur le postulat que si vous avez agi d’une certaine façon dans le passé vous agirez de la même façon dans l’avenir, on mettra en permanence sous vos yeux des informations qui vous enferment dans les mêmes représentations sociales et vous conduisent à reproduire indéfiniment les mêmes comportements.

La révolution induite par ces outils est aussi épistémologique : les exigences des traditionnelles méthodologies d’enquête apparaissent comme dépassées par l’évidence de la masse considérable de données traitées, les formules mathématiques se substituant aux sciences humaines pour en tirer des décisions opérationnelles. Inutile dès lors de chercher des causes aux phénomènes, plus besoin de théorie explicative ni de modèle, l’observation de corrélations suffit pour déclencher l’action. Au-delà du consommateur, de l’agent économique, c’est vraiment le citoyen dans toutes ses dimensions qui est interpellé. Ces robots pilotés par quelques entreprises toutes-puissantes qui ne mesurent peut-être pas elles-mêmes l’étendue de leur puissance – sont en train non seulement de transformer notre vie quotidienne, mais aussi notre mode d’appréhension du réel. Bien plus que des outils techniques, les algorithmes sont le véhicule d’un projet politique qu’il est impératif de comprendre pour ne pas s’y laisser enfermer. Pour traiter avec rigueur un sujet aussi nouveau et complexe, Dominique Cardon aurait pu écrire un ouvrage épais, laborieux, difficile d’accès. Il n’en est rien. Et c’es t l’une des grandes vertus de l’auteur : il a su développer son propos avec beaucoup de précision et de profondeur, mais sans jamais tomber dans l’exposé technique ou l’érudition superflue. Des chapitres clairs, des exemples pertinents, des formules imagées et puissantes. Tout cela en seulement une centaine de pages que l’on lit avec une aisance et un plaisir rares pour un travail de ce niveau.

Jean Rancoule,
Président du jury du Prix Afci 2016,
Directeur Réseaux internes et
innovation du Groupe Safran

 AFCI 36 -02.indd

Ce texte est extrait d’un article, rédigé par Jean roucoule, pour le dossier spécial «En quête d'engagement » du n°39 des Cahiers de la communication interne (janv 2017). Cette revue peut être commandée en ligne, au tarif de 25 € le numéro.