L’engagement à l’ère de la performance sociale : quelles finalités ? Quelles conditions ?

Le terme de « performance sociale » est devenu omniprésent et représente l’ultime bataille des organisations pour optimiser la performance globale. On parle aujourd’hui plus de « capital humain » et moins de ressources humaines. Cette évolution sémantique met en évidence l’enjeu économique qu’il y a à mener des initiatives pour mobiliser, engager et impliquer davantage les salariés.  Le dernier pouvoir de l’individu au travail n’est-il pas sa capacité à s’opposer par un comportement difficile à anticiper ?

Nos deux invités questionneront la finalité de la production d’engagement chez les salariés à l’heure où l’on évoque de plus en plus la notion de performance sociale. Les échanges se poursuivront avec les participants, notamment sur les leviers dont disposent les communicants internes pour favoriser et crédibiliser cet engagement.

 

Cette soirée-débat était animée par :

  • Emmanuelle Bravard-Sarraz, directeur communication et accompagnement du changement, Spie Batignolles TPCI – vice-présidente de l’Afci
  • Jean-Marc Bernardini, responsable de l’unité communication interne et corporate, RATP – administrateur de l’Afci

Avec les regards croisés de :

  • Valérie Perruchot Garcia, directeur affaires publiques et communication, Janssen, groupe Johnson & Johnson. Ancienne présidente de l’Afci
  • Martin Richer, consultant Management & RSE, membre du comité de rédaction de Metis Europe, publication dédiée aux enjeux du travail dans le contexte européen

Téléchargements

L’engagement à l’ère de la performance sociale : quelles finalités ? Quelles conditions ?

Réservé aux membres