Mobiliser tous les acteurs au service de la qualité de vie au travail

A l’occasion de la Semaine de la qualité de vie au travail, interview de Gérard Bellengier, directeur de la stratégie sociale et de la qualité de vie au travail du Groupe La Poste

 

Présentez-nous le projet

La qualité de vie au travail est un sujet central au sein de La Poste depuis plusieurs années. Ce n’est pas un sujet théorique porté uniquement par la direction. Elle se construit et se vit au quotidien. Lorsqu’on interroge un postier sur sa qualité de vie au travail, il va immédiatement penser à son quotidien : à son poste de travail, aux outils qui sont mis à disposition, aux relations qu’il entretient avec ses collègues, ses managers, à la reconnaissance de l’entreprise, à ses perspectives d’avenir. On est tout de suite dans le concret. La Semaine de la qualité de vie au travail est donc l’occasion, pour nous, d’organiser un temps fort autour de cette thématique au plus près du terrain.

Quels ont été les leviers pour aboutir ?

Notre souhait est naturellement que le plus grand nombre de postiers participent à cette opération. Mais si on veut que les managers et la filière RH - qui en seront les chevilles ouvrières - se mobilisent, il faut les y aider, et leur faciliter la tâche. Organiser des animations, des ateliers, des conférences, ne fait pas partie de leur cœur de métier. Cela représente pour eux du temps, de l’énergie, mais aussi, pour les managers, des moyens car il faudra parfois libérer des agents afin qu’ils puissent y participer. Donc il faut communiquer, partager le sens de cette opération et les aider pour qu’ils y puissent s’y investir, mais sans que cela ne génère une contrainte. A cette fin, nous avons créé un comité de pilotage au niveau national afin de recenser tout ce qui pourrait leur être utile à cette occasion. Nous avons ainsi créé des affiches, des kits d’animation,  nous avons également listé des interlocuteurs externes, des associations auxquels ils pourront faire appel pour organiser des conférences ou des ateliers.

Quelles seront les suites données ?

La qualité de vie au travail n’est pas un sujet qui se traite pendant une semaine une fois par an, nous y sommes attentifs tout au long de l’année. D’ailleurs nous avons signé en janvier 2013 un accord qui a été, pour nous, un formidable booster. Aujourd’hui, à La Poste, elle est ancrée dans la culture interne. Au cours de ces dernières années, la prise en compte des conditions de vie au travail au niveau local s’est encore développée. Nous avons réalisé des investissements sans précédent pour adapter, parfois même inventer des outils en vue de faciliter le travail des postiers. Un bel exemple est le vélo à assistance électrique mis à disposition des facteurs. Nous avons travaillé avec des facteurs et des ergonomes pour que les bénéfices en matière de conditions de vie au travail soient réels et que ceux-ci soient parfaitement adaptés à la distribution du courrier.

Il faut préciser aussi que l’amélioration de la qualité de vie au travail ne se limite pas au matériel, cela passe aussi par le dialogue, le fait de donner l’occasion de s’exprimer sur son travail lors de réunions. Cela vaut également pour nos managers à qui nous proposons par exemple du co-développement. Un manager qui fait face à une problématique particulière ne doit pas rester isolé, il doit pouvoir se tourner vers ses pairs, pour partager, échanger et trouver une solution. La Semaine de la qualité de vie au travail est donc l’occasion pour nous de mettre ce sujet au premier plan.