Acessibilité
Imprimer
Partager
0 commentaires

Les Cahiers de la communication interne n°48 : À la hauteur de défis inédits

Cahiers de la Com
2 janvier 2023

EDITORIAL

Agir dans un monde incertain

De la pandémie au dérèglement climatique, sans oublier le retour de la guerre en Europe, nous évoluons dans un contexte sujet au chaos et à l’imprévu. Le degré élevé d’incertitude déstabilise, inhibe, fragilise, mais il est aussi, on le dit moins, l’occasion de faire face, d’innover, de créer, de mobiliser. C’est vrai dans la société comme dans l’entreprise. Dans ce moment compliqué, rien au fond n’est plus nécessaire que la confiance que l’on retrouve à travers l’initiative, l’action et le capital relationnel.

C’est le propre d’un métier comme le nôtre que d’œuvrer en ce sens, non pour tenter de créer de fausses sécurités ou pour masquer des réalités critiques, mais pour permettre d’agir dans un monde incertain. Nous ne sommes pas des agents d’ambiance pour temps difficiles. Avec d’autres, RH ou managers, nous facilitons le développement de liens, de coopérations et d’actions dans les métiers, les collectifs. Nous le faisons à partir de nos compétences et de nos savoir-faire.

Qu’il s’agisse d’information ou de relation, les communicants internes mesurent chaque jour combien il leur faut être à la hauteur d’événements qui, en profondeur, changent la donne. Loin de l’infobésité ou, pire, du bullshit, notre défi professionnel est dans la qualité, la précision et la sobriété de l’information. C’est bien le moins que nous devons au respect du récepteur dans la période. Le chercheur en sciences de la communication Vincent Brulois parle à juste titre du rôle irremplaçable des communicants internes dans la traduction, la décantation, la désintoxication. sont au centre du métier. L’attention des communicants à la proximité comme à la culture commune, y compris et peut-être surtout quand le travail se fait plus distant, n’est pas un supplément d’âme, mais une dimension clé du métier qui a à voir avec la relation comme avec la médiation. Les risques de déliaison dans le travail sont forts. D’où l’importance d’une communication de proximité pour soutenir le lien social et le dialogue professionnel. D’où l’importance d’avoir des interlocuteurs dans la communication. On est allé très loin, trop loin, dans la désintermédiation. À un moment donné, des questions apparemment anciennes reviennent : comment faire entreprise ? comment faire équipe ?

Pour agir dans un monde incertain, on a besoin de corps intermédiaires, on a besoin de médiateurs. Nous en sommes et fiers de l’être.

Bonne lecture.

Téléchargement

Les Cahiers de la communication interne n°48
231 Ko
Réservé aux membres

Laisser un commentaire

Haut de page