Les Défis du Sensemaking en Entreprise

Les Défis du Sensemaking en Entreprise
Livre collectif sous la direction de David Autissier et Fouad Bensebaa
Éditions Economica

Ce livre à plusieurs voix relève pour l’essentiel des sciences de gestion, et en même temps, il a tout pour intéresser en premier lieu les acteurs de la communication d’entreprise. C’est qu’il parle du sens, plus exactement de la création du sens en entreprise, de la manière dont il émerge et entraîne les individus et les collectifs dans un univers de plus en plus mouvant.

Les travaux du psycho-sociologue américain Karl E. Weick servent de fil conducteur de l’ouvrage. Sa théorie du sensemaking offre un regard nouveau sur nos organisations. Dans l’approche traditionnelle, une organisation procède avant tout de la vision, de la stratégie, des plans de ceux qui en ont le leadership. Une organisation, c’est une sorte de design, une structure, des systèmes d’information, de décision, de communication et de contrôle. Sans nier cette dimension structurelle, Karl E.Weick, en ouvre une autre, liée au changement.

Ce qu’il voit à l’oeuvre dans les organisations en perpétuelle évolution, c’est moins la structure que les interactions, les investissements relationnels, les interprétations, les relations conjointes dont découlent à la fois le changement et la continuité de l’organisation. Sa démarche est centrée sur les processus. Il va même jusqu’à remplacer le terme d’organisation par le gérondif organizing pour monter qu’il s’agit d’un processus en train de se dérouler. Et dans ce processus, le psycho-sociologue américain accorde une place centrale aux faits de communication et à la production de sens. Alors que trop souvent encore, la communication en entreprise est limitée à un sous-produit et à un outil à la fois fonctionnel et symbolique, Weick montre que l’organisation est pour l’essentiel une création émergente à travers les processus de communication intersubjective.

Dans cette conception interactionniste de l’entreprise, la communication devient organisante et d’une certaine façon, on peut dire que la communication crée l’organisation. Selon Weick, la communication est l’essence des organisations car elle crée les structures qui ensuite vont affecter ce qui va être dit ou fait et par qui…

Cette approche constitue un important renversement de perspective par rapport à la vulgate rationnellefonctionnelle qui prévaut le plus souvent. En attendant les traductions des ouvrages de Karl E. Weick, on ne peut que conseiller la lecture de ce passionnant ouvrage qui interroge de façon très stimulante la place de la communication organisationnelle.

On lira tout particulièrement les articles de Nicole Giroux et Yvonne Giordano qui ont su mettre en perspectives les travaux du psycho-sociologue américain avec les enjeux de la communication.

 

Jean-Marie Charpentier