Acessibilité
Imprimer
Partager
0 commentaires

Les Cahiers de la communication interne n°4 : Dix ans de com’ interne : rétrospective et perspectives

Cahiers de la Com
1 février 1999

EDITORIAL

Au cœur du changement

L’Afci fête ses dix ans. Une décennie pendant laquelle notre association a été à la fois témoin et acteur de l’évolution de la communication interne en France. L’analyse des discours au fil des ans, la comparaison des activités depuis l’origine révèlent un véritable cheminement, marqué par trois périodes distinctes.

Lorsque l’association est créée en 1989, la communication interne a besoin de s’affirmer en tant que discipline à part entière : elle a besoin de se dégager de l’image prégnante du « journalisme d’entreprise », de se définir un territoire à l’intersection de la communication globale et des ressources humaines. Elle doit pour cela se doter de concepts et d’outils méthodologiques propres, en s’appuyant sur des travaux théoriques et expérimentaux. La composition de l’AFCI à l’époque témoigne bien de ces préoccupations : fin 1989, elle compte trente-trois membres, dont douze enseignants-chercheurs, six conseils en communication et seulement douze professionnels d’entreprise. Et lorsque l’on envisage d’organiser un congrès, c’est avec l’objectif d’ouvrir le dialogue entre enseignants, chercheurs, praticiens et consultants.

Le premier virage est amorcé en 1992. L’AFCI se structure, se donne les moyens d’un développement important. Il ne s’agit plus d’animer un groupe de réflexion et de prospective : l’ambition clairement affichée est de faire connaître et reconnaître un métier, celui du communicant d’entreprise. L’association cherche à atteindre une taille lui permettant une bonne représentativité. De nombreux débats sont centrés sur le rôle et le positionnement de la fonction dans l’organisation. On réalise une enquête auprès des professionnels. On rédige le « référentiel » de la communication interne. Le contexte n’est pas étranger à cette évolution : au début des années 90, beaucoup d’entreprises procèdent à des restructurations massives aux conséquences souvent douloureuses. Dans cette tourmente, la « communication paillettes » n’est plus possible. Les responsables de communication interne doivent repositionner leur rôle, et justifier leur utilité… ou risquer de disparaître.

Le deuxième tournant se produit après 1995. La profession semble avoir trouvé ses marques et acquis une légitimité dans l’organisation. On peut alors se poser d’autres questions. Transformant profondément les échanges, les représentations, la relation de l’Homme à l’entreprise, de nouvelles organisations du travail émergent, de nouvelles technologies de l’information apparaissent. On prend conscience du fait que la communication interne a un rôle majeur à jouer non seulement dans l’accompagnement de ces changements, mais aussi dans leur anticipation et, sans doute, dans les orientations qui leur sont données. Cette communication ne peut plus reposer seulement sur un corps de spécialistes : elle doit être une fonction partagée dans l’entreprise, le « communicant » faisant bénéficier les autres acteurs de son expertise. Enfin, l’enjeu majeur n’est pas tant de créer une discipline nouvelle que d’être attentif à toutes les autres, de s’ouvrir aux savoirs et aux pratiques des différentes fonctions et de susciter des rencontres fertiles entre ces apports. Nos activités actuelles rendent bien compte de cette diversité et de cette volonté d’ouverture.

À quoi ressemblera la quatrième période de cette évolution ? Elle transparaît peut-être dans les sujets de ce numéro 4 des « Cahiers de la communication interne ». Elle est sans doute en germe dans les réflexions et les actions de nos adhérents. J’ai en tout cas la conviction qu’on ne pourra jamais circonscrire de manière définitive la communication interne dans un rôle ou dans une définition : c’est une fonction en recréation permanente, tout simplement parce qu’elle se situe au cœur même des processus de changement.

 

 

Par

Jean Rancoule

Président de l’Afci

Téléchargement

Les Cahiers de la communication interne n°4
1 Mo
Réservé aux membres

Laisser un commentaire

Haut de page