La transformation digitale des entreprises – Aurélie Dudézert – La Découverte, 2018

Depuis quelques années, la transformation digitale est au cœur des stratégies d’entreprise et bouscule les usages, les métiers et les organisations du travail… avec des succès et des bonheurs divers. Il était temps de faire un bilan de ce tsunami organisationnel. Effet de mode ou modification profonde et durable ? Quels sont les enjeux pour les entreprises ? Quels modes de management ont été mis ou peut-on mettre en place pour accompagner ces transformations ? Quels impacts de ces transformations sur les organisations et les relations au travail ? Aurélie Dudézert, professeure des universités et spécialiste du management des systèmes d’information et des transformations organisationnelles, observe ces mutations dans les pratiques de travail. Elle a par exemple coordonné les travaux de recherche et les réflexions développées dans le cadre du club « digitalisation et organisation » fondé par l’ANVIE*.

Elle nous propose avec ce livre une belle synthèse pédagogique sur les enjeux, les tenants et les aboutissants de ces transformations en entreprise en s’appuyant sur un travail d’observations des pratiques de terrain (lesté de nombreux témoignages de DRH, de salariés, de Chief digital officers, etc.) et une mise en perspective théorique stimulante par sa clarté. Exemples concrets à la clé, l’ouvrage montre les différents mythes à l’œuvre dans le pilotage et la réception de toute transformation digitale (du mythe de l’entreprise libérée à l’esprit start up égalitaire, des makers à la crainte du technopouvoir ou d’un effet big brother). Il souligne comment toute transformation digitale non accompagnée d’une réflexion sur les incidences ou les évolutions des organisations du travail, loin d’une agilité plus grande ou d’une libération des taches pour les salariés peut dériver vers une organisation encore plus bureaucratique ou un contrôle accru des salariés.

L’ouvrage offre un descriptif – instructif pour éviter quelques erreurs organisationnelles - des diverses modalités de mises en œuvre des transformations digitales ou des compétences attendues d’un Chief digital officer. Sa lecture est particulièrement recommandée pour prendre la mesure de la nouvelle équation managériale et des inévitables  changements de posture de nombre de métiers : des DSI perdant leur maîtrise technique car impactés par cette révolution des usages, aux DRH bousculés par les Chief digital officers en capacité de traiter les grandes quantité de données, ou par les souhaits d’autonomie et de mobilités des salariés, jusqu’aux managers de proximité invités à des nouvelles formes d’encadrement de projets ou de travaux collaboratifs.

Si on s’accorde avec l’auteure que l’entreprise n’est pas qu’un lieu de productions de biens et de services mais également un lieu de création de liens entre individus et de sens collectif, la transformation digitale ouvre un univers de choix organisationnels quelquefois antagonistes… et « ce choix, dans cet univers incertain et mouvant, sera forcément un pari sur l’avenir, mais aussi un véritable choix sur le vivre ensemble du travail dans chaque entreprise ».

Jean-Marc Bernardini

 

Anvie : Association nationale de valorisation interdisciplinaire de la recherche en sciences humaines et sociales auprès des entreprises

 

Issu des cahiers de la communication n°43